L'IFS, système familial intérieur, est un modèle psychothérapeutique issu de la thérapie familiale systémique, découvert et mis au point par Richard Schwartz, psychothérapeute, dans les années 1990.

 

L'IFS considère que notre système intérieur est composé d'un certains nombre de « parties », ou sous-personnalités.

Ces parties fonctionnent avec leurs propres règles et vivent toute une palette d'émotions et de pensées qui nous influencent dans notre vie et nos relations. Au centre de ce système existe une instance différente des parties, que l'IFS nomme le Self.

Les parties protectrices

Les exilés

Le Self

Ce que propose l'IFS

Ce que j'aime avec cette approche

Les parties protectrices

Certaines parties se sont chargées d'un rôle de protection, afin d'éviter à la personne de revivre des éprouvés douloureux, des situations pénibles vécues par le passé. On appelle ces parties protecteurs, parce qu'ils protègent d'autres parties vulnérables, que l'on nomme en IFS exilés.

Une personne qui s'est sentie trahie par le passé pourra avoir du mal à accorder sa confiance et pourra avoir de la difficulté à créer des liens dans sa vie sociale, et se mettre en retrait lorsqu'elle est dans un groupe. En langage IFS, nous dirions que la partie protectrice de cette personne, par méfiance, va l'inciter à rester en retrait, en lui disant que si elle se lie trop rapidement, elle risque, comme par le passé, d'être à nouveau trahie. Ce qui peut être vrai dans certains cas, mais pas dans tous les cas.

Or, les protecteurs, bloqués dans le passé, ne font pas de discernement. De plus, ils ne savent pas que la réalité de la personne a changé, qu'elle a gagné en maturité et en capacité de discernement, ils continuent à défendre bec et ongles les parties vulnérables. Ils ne connaissent pas le self de la personne. Au moment où par le passé, il ont investi leur rôle protecteur, le Self de la personne n'était pas disponible. Ils se sont crus seuls et continuent à se croire seuls.

 

Les exilés

Les exilés sont des parties qui se sont chargées des émotions, affects qui n'ont pu être métabolisés par la personne, à un âge où elle n'avait pas la capacité psychique de le faire. Les exilés sont ainsi écartés du système, mis en quelque sorte sous clé, par les parties protectrices qui ont à cœur de ne pas faire revivre à la personne ces éprouvés dont la mémoire reste trop douloureuse.

 

Le Self

Le Self est une instance existante en chacun de nous, différente des parties. Le Self est dans l'être, alors que les parties sont dans la pensée et dans le faire. En état de Self, nous sommes confiants, reliés, aimants, dans la compassion, dans la gratitude et la reconnaissance.

Notre curiosité pour le monde et notre créativité sont actives, nous sommes ouverts, nous n'avons pas peur, nous ne sommes pas affectés. Notre vision est juste, nous voyons les choses pour ce qu'elles sont et non à travers le filtre de notre mental. On peut comparer le Self à un sage...qui sommeille en chacun de nous.

Le Self existe en toute personne, Richard Schwartz a pu, au cours de plus de 20 années de pratique, constater que le Self, même dans les pires histoires, n'avait pas été altéré, il restait intact. La vie fait que nous avons perdu contact avec notre Self, celui-ci a été envahi, amalgamé par nos parties protectrices.

 

Ce que propose l'IFS

Tout l'art du processus IFS est de permettre à la personne d'accéder à son Self, de manière à ce qu'elle soit en capacité d'aller aider ses parties protectrices et exilées. Pour ce faire, le Self du thérapeute va soutenir le Self de la personne.

A partir d'une situation qu'elle souhaite voir améliorer dans sa vie, la personne, avec l'aide du thérapeute, va identifier les parties protectrices en jeu ; puis créer une relation avec elles en son Self, ce qui en soi est déjà très apaisant pour le système. Dès lors, la confiance s'installe entre le Self et les protecteurs, et ceux-ci acceptent de laisser le Self prendre en charge les parties vulnérables qu'ils protègent. Il est surprenant et merveilleux de constater que le Self de la personne n'est pas affecté ni par ses parties protectrices, ni par ses parties vulnérables, il est dans la compassion. Dès lors, il est en capacité d'aider ses parties vulnérables nommées exilés. Les affects douloureux, les scènes traumatiques, les peurs, les croyances qui constituent les fardeaux des exilés peuvent alors être déchargés, hors du système. Les parties protectrices n'ont alors plus besoin de jouer leur rôle de protection et peuvent réinvestir leurs qualités et leurs compétences au service du système. Les parties exilées, jusqu’alors restées bloquées dans le passé, peuvent réintégrer leurs qualités et poursuivre leur développement.

 

Ce que j'aime avec cette approche

C'est une approche globale de la personne, qui prend en compte ses dimensions émotionnelle, mentale, corporelle, énergétique, symbolique, transgénérationnelle et transpersonnelle.

Le fait qu'elle ait été élaborée par Richard Schwartz à partir de ce qu'il entendait des personnes, sans induire quoi que ce soit ou essayer de plaquer une analyse, donne à cette approche un caractère naturel et familier.

C'est une approche très douce et néanmoins d'une grande profondeur. La personne ne revit pas ses épisodes douloureux, et pourtant elle accède à des zones profondes de son inconscient, en toute sécurité.

C'est une approche respectueuse de la personne, celle-ci reste actrice principale de son processus.

Le thérapeute est un facilitateur, il ne se place pas en tant qu'expert, dans le sens où il ne peut pas savoir à la place de la personne. Chaque rencontre d'une partie de soi est une vraie découverte, qui ne peut être anticipée et préconçue au départ, quelque soit le background du thérapeute.

Le thérapeute est un médiateur, il facilite la communication entre le Self de la personne et ses parties, il n'intervient pas directement sur le système de la personne, c'est elle qui le fait, aidée du thérapeute. A chaque instant, elle peut interagir avec les propositions du thérapeute.

En tant que thérapeute, en IFS, je me sens au cœur de l'essentiel, à ma place. Si je veux pouvoir aider mon client, il me faut être dans mon Self et à l'écoute de mes propres parties pour que celles-ci n'interfèrent pas. C'est une démarche profondément humaniste, qui invite à l'authenticité et à l'humilité.